J'ai lu : La couleur des sentiments, de Kathryn Stockett

Après cinq ans d'écriture et le refus d'une cinquantaine d'éditeurs, c'est en 2009 que Kathryn Stockett publie son premier ouvrage, intitulé The Help, alias La couleur des sentiments

Résumé


L'histoire se passe en 1962 à Jackson, dans le Mississippi. Après la période de l'esclavagisme des noirs, et la Guerre de Sécession, Rosa Parks avait déjà permis aux Noirs de s'asseoir où ils voulaient dans les bus, et Martin Luther King allait commencer sa lutte pour les droits civiques, mais le Sud des Etats-Unis est encore fortement raciste, et le Ku Klux Klan fait toujours des ravages. Les familles blanches ont toutes une domestique noire pour s'occuper de leur maison, de la cuisine et de leurs enfants. En revanche, elles sont mises à l'écart, jugées, et n'ont pas le droit d'utiliser les toilettes des maisons, pour ne pas que les Blancs "attrapent des microbes et maladies". 
Au fil des chapitres, trois personnages féminins se passent la parole : Aibileen, la domestique noire sensée qui s'attache aux bébés blancs dont elle s'occupe, Minny, la domestique noire rebelle mais maltraitée par son mari, et Miss Skeeter, une jeune blanche riche qui souhaite devenir journaliste.
Après son retour de l'Université, Miss Skeeter est désamparée par le départ de son ancienne bonne Constantine, ayant toujours été très proche d'elle ; elle cherche à tout prix à comprendre ce qui est arrivé. Un jour, elle décide de donner la parole aux domestiques noires pour connaître et comprendre leurs conditions de travail. Une idée totalement révolutionnaire, mais surtout tabou dans un Sud raciste.
Et c'est ainsi qu'Aibileen, Minny et d'autres bonnes, vont risquer leur vie pour raconter leurs petites histoires, afin que soient entendues leurs joies, leurs peines, et leurs aspirations. C'est là que nous comprenons l'ambivalence de leurs sentiments envers les Blancs : respect et mépris, méfiance et confiance, tendresse et haine.

Mes passages préférés

#1
Aibileen : Aujourd’hui, je vais te raconter l’histoire d’un extra-terrestre. (…) Un jour, un martien plein de sagesse descendit sur la Terre pour nous apprendre une ou deux choses.
Mae Mobley : Un martien ? Grand comment ?
Aibileen : Oh environ deux mètres !
Mae Mobley : Comment il s’appelait ?
Aibileen : Martien Luther King. (…) C’était un très gentil martien ce Luther King, exactement comme nous, avec un nez, une bouche et des cheveux sur la tête, mais les gens le regardaient parfois d’un drôle d’air, et je crois qu’il y en avait qui étaient carrément méchants avec lui.
Mae Mobley : Pourquoi Aibi ? Pourquoi ils étaient méchants avec lui ?
Aibileen : Parce qu’il était vert. 


#2
N'était-ce pas le sujet du livre ? Amener les femmes à comprendre. Nous sommes simplement deux personnes. Il n'y a pas tant de choses qui nous séparent. Pas autant que je l'aurais cru.


Mon avis

Avant de lire le livre, j'ai vu le film, qui m'a profondément touchée. J'ai toujours été sensible au sujet de l'égalité des Hommes, l'ouverture d'esprit et la tolérance les uns envers les autres. 

J'ai eu donc envie de lire le livre. 500 pages. Ça pourrait en décourager plus d'un, mais je me doutais que La Couleur des sentiments en valait le coup. Cet ouvrage aborde avec subtilité, humour et émotion la ségrégation raciale. Malgré un sujet aussi sérieux, l'auteure ne pose aucun jugement : les Blancs ou les Noirs ne sont pas cataloguées de bons ou de mauvais. Il y a des Blancs égoïstes, mesquins, hypocrites, et des Blancs qui veulent changer les choses ; il y a des Noirs admirables, émouvants, dévoués, et des Noirs qui battent leur femme.

On rit, on pleure, on se révolte, on s'impatiente, on s'inquiète... En somme, on vit selon les émotions des personnages. Et cela nous fait réfléchir aux injustices du passé et du présent.
Un très bon livre, écrit par une très bonne plume, que je vous recommande donc vivement.


CONVERSATION

1 petits mots:

  1. J'ai adorée ce livre et le film est une bonne adaptation . Un tas d'émotions se mêlent pendant la lecture :)

    RépondreSupprimer

Retour
en haut