3 clés pour cultiver la bienveillance

Au quotidien, que ce soit dans ma vie privée ou professionnelle, dans la rue ou bien dans les médias, j'entends souvent des remarques négatives, envieuses ou mal intentionnées à l'égard d'autrui ou de soi-même. Certains critiquent et catégorisent constamment les autres ("trop grand", "trop gentille", "trop superficielle", "trop maniéré", etc.), d'autres se dénigrent eux-mêmes ("trop grosse", "trop maigre", "pas assez cultivé", "pas assez sportif", etc.). Mais... pourquoi tant de haine ? 

L'une de mes valeurs principale est la bienveillance. Elle consiste à adopter une attitude positive dans l'objectif du bien-être des autres et de soi-même. En somme : contribuer au bonheur des autres comme au sien. Et cela de façon totalement désintéressée.


Au fur et à mesure du temps et des expériences, on finit par comprendre tous les bienfaits de la bienveillance, que ce soit sur notre propre bien-être comme nos relations avec les autres. J'ai voulu vous partager aujourd'hui trois clés pour cultiver la bienveillance au quotidien qui, je l'espère, pourront vous être utiles. :)

1) Soyons indulgent.e.s envers nous-même.s

Vous êtes la personne la plus importante de votre vie. Et vous êtes génial.e.s ! 

Nous avons tous des défauts, des complexes, des points que nous aimerions améliorer, que ce soit sur notre physique ou notre personnalité. Gardons en tête que personne n'est parfait. Même une mannequin, un astrophysicien ou une actrice de cinéma aura des complexes. De mon côté, physiquement, j'ai du mal à accepter mon ventre persistant malgré du sport plus fréquent, la cellulite sur mes cuisses, mes fesses pas assez fermes à mon goût, mes pieds difformes, mes tâches sur les dents dues à la prise d'un médicament plus jeune... et au niveau de mon caractère, je suis émotive, parfois impulsive et susceptible. Mais j'y travaille et j'ai conscience qu'on ne peut correspondre 100% à l'idéal qu'on a.

Listons les points positifs de notre physique et de notre personnalité. Qu'est-ce qui nous plait chez nous ? Qu'est-ce qui plait aux autres ? Quels sont les éléments sur lesquels nous avons souvent des compliments ou des bons retours ?

Nous avons tous des coups de mou de temps en temps. Et "it's ok not to be ok". C'est normal, cela arrive, c'est temporaire. Une mauvaise journée n'est pas une mauvaise vie. Alors, nous avons le droit de vous morfondre et d'être triste (un peu), mais n'oublions pas de sécher nos larmes et de nous concentrer sur le positif. Concentrons-nous sur les choses que nous avons accomplies et dont nous sommes fièr.e.s à notre échelle. Vous avez fini une grande course ? Vous avez osé parler en public ? Vous avez réalisé un voyage en solitaire ? Vous avez obtenu vos diplômes ? Vous vous êtes remis au sport ? Vous avez osé changé de coupe de cheveux ? Vous avez changé de style ? Chaque petite victoire est une victoire, soyons-en conscient.e.s. Nous avons fait de belles choses, nous pouvons en être fière.s ! Il n'y a aucune raison que cela s'arrête. :)

Une technique que vous pouvez adopter est de rédiger des affirmations et de les réciter chaque jour, afin de les ancrer dans votre esprit. C'est un conseil que j'avais lu dans le Miracle Morning, et j'aime beaucoup, ça permet de débuter la journée en conquérant.e ! Ca me fait penser aussi à Grey's Anatomy (une série que j'adore depuis le début), où Amanda se met en position de Superman avant chaque opération afin de se donner plus d'assurance. :)

2) Encourageons et félicitons nos proches

Nos proches, que ce soit la famille ou nos amis, constituent notre cocon, il est important d'en prendre soin. Parfois, ils expriment des besoins, parfois ils les cachent. Le fait est qu'ils en ont : besoin d'aide, d'être écouté, d'être rassuré, d'être soutenu...

Pour mieux connaître les besoins de nos proches, il faut pratiquer l'écoute active. C'est-à-dire écouter tout en s'intéressant et en posant des questions. Cela a deux bénéfices : le fait de participer fait comprendre à notre interlocuteur que nous lui donnons de l'importance, et facilite la mémorisation de ce qu'il nous dit. Ce qui nous permet de mieux le comprendre et de nous en souvenir : "il est allergique à tel aliment", "il fait du sport uniquement le soir", "il préfère éviter les conflits", "il a du mal à parler en public", "il stresse facilement", etc. Il devient ainsi plus facile d'anticiper ses besoins. :)

Cela repose à la fois sur de l'empathie - c'est-à-dire comprendre sans juger - et de l'attention - pour avoir la réaction qui correspond aux attentes de notre interlocuteur. Le tout est de montrer à nos proches que nous sommes présents pour eux quand ils en ont besoin et que nous nous soucions d'eux, même quand tout va bien.

Par ailleurs, certaines étapes de la vie sont de réels défis. Quand on doute, on a toujours besoin d'un soutien, d'un regard bienveillant qui nous encourage

Un proche entreprend un nouveau projet ? Il souhaite changer de travail ? S'engager avec quelqu'un ? S'inscrire sur un site de rencontres ? Courir un marathon ? Se mettre à la musique, au théâtre, à la cuisine, au chant ? Déménager dans un autre pays ? Demander une promotion ? Avoir un enfant ? Se remettre aux études ? 

Il n'a pas forcément besoin que nous entreprenions une action particulière. Même s'il va mener un combat, il n'est pas nécessaire que nous allions sur le ring, mais dans le rang des supporters. Encouragenons-le dans ses démarches et dans ses projets, afin de le booster. :)

Qu'il réussisse ou qu'il échoue, il faut savoir féliciter son dynamisme et son courage d'avoir oser mener son projet. Pensons à lui rappeler cette belle citation de Nelson Mandela : "Parfois je gagne, parfois j'apprends." Ce n'est pas grave d'échouer, et chaque échec nous apprend à mieux nous relever !

3) Soyons courtois avec notre entourage

On néglige parfois l'importance qu'a notre attitude vis-à-vis d'autrui. Ces personnes sont celles qu'on croise de façon occasionnelle ou régulière : vos collègues, les passants dans la rue, votre coiffeur.se, votre boulanger.e, les spectateurs au théâtre ou au cinéma, les autres personnes au restaurant, les convives à une soirée, les sans-domicile fixe dans les transports, la mamie qui promène son chien, le coureur du soir,...

Quelle que soit la personne autour de nous, il faut toujours rester courtois et diplomate. Chaque personne mérite notre respect - sauf s'il nous a attaqué au préalable, bien évidemment. :) Je ne parle pas forcément ici de karma ou de foi, mais surtout du fait qu'on peut être amené à recroiser les gens dans le futur, et qu'il s'agira peut-être de notre futur employeur, le médecin qui sauvera notre vie, l'avocat qui nous sortira d'affaire, etc. Alors réfléchissons à deux fois avant de faire des remarques ou commentaires.

Et puis, il faut aussi apprendre à ne pas juger. Nous ne sommes pas dans la vie de ces personnes, nous ne connaissons pas la raison qui les poussent à agir ou parler d'une certaine façon. Peut-être sont-ils malades, blessés, tristes, fatigués... Soyons indulgent.e.s aussi envers les autres ! Tout le monde a ses coups de mou.

D'ailleurs, si nous avons une pensée positive sur ces personnes que nous croisons, je pense qu'il ne faut pas hésiter à leur transmettre. Cette passante a une jolie robe ? Ce collègue a une coupe de cheveux qui lui va bien ? Notre postier.e fait du bon travail ? Je m'attelle à dire des mots gentils - et sincères - aux personnes qui m'entourent, juste pour le plaisir de donner et voir leur visage s'illuminer.


Alors, oui, je pense que nous avons tout intérêt à propager la positif. Les sourires sont contagieux. Que ce soit envers nous-mêmes comme avec autrui. Arrêtons d'être si durs, si méchants, si envieux. Faisons simplement notre maximum, comme le suggérait le livre des Quatre Accords Toltèques. Selon les situations, soyons heureux pour les autres ou compréhensifs et attentionnés. Et nous aurons la vie plus belle...

Et vous ? Qu'en pensez-vous ? Qu'évoque pour vous la "bienveillance" ?


A lire aussi : l'article de Mylène, du blog Les Défis des filles zen : La bienveillance au quotidien en 6 clés.

CONVERSATION

4 petits mots:

  1. Bel article... J'essaie de la cultiver au quotidien, mais j'ai un peu de mal parce que parfois entourée de personnes (je pense notamment à des collègues) qui eux, sont dans la critique...difficile de garder le cap de l'indulgence envers soi-même quand les autres essaient de nous déstabiliser. Difficile de rester dans l'indulgence vis à vis d'autrui dans ce cas. Mais comme tu dis, ça se travaille :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Emilie pour ton petit mot :)
      Je comprends totalement, j'ai eu des phases de ma vie avec des collègues plutôt critiques - pour x ou y raisons - ce qui faisait que je m'adaptais et devenais comme eux. Lorsque j'ai réalisé que je menais la vie dure à ma famille le soir à cause de cette ambiance négative au travail, j'ai fini par changer de bureau et moins fréquenter ces personnes. Il me semble qu'une étude prouve qu'on est un peu comme les 5 personnes qu'on fréquente le plus - nos collègues en font souvent partie. C'est pourquoi il est super important de passer plus de temps avec des personnes positives, souriantes, qui nous poussent vers le haut, ou qui nous inspirent ! :)
      Et je te rejoins sur le second point. Parfois, les gens sont affreux et font des commentaires désobligeants qui nous déstabilisent. Etant moi-même susceptible, je suis rapidement affectée dans ce type de situation. Mais à chaque fois que ça me pince à l'intérieur, je me rappelle cet adage du livre Les Quatre Accords Toltèques (j'en parle encore mais j'aime beaucoup la sagesse qu'il contient) : "Ne jamais rien prendre personnellement". En fait, l'auteur y explique que chaque personne juge en fonction d'elle-même, de son éducation, ses expériences passées, ses complexes et son mal-être, et que tout ce qu'on peut nous dire n'a rien à voir avec soi. A méditer. :)
      Belle soirée à toi, la bise.

      Supprimer
  2. Ton article est très inspirant. Merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Emma :) Ravie que l'article t'ait plu.
      Belle soirée à toi.

      Supprimer

Retour
en haut