J'ai lu : L'alchimiste (1988) de Paulo Coelho

J'avais beaucoup entendu parler de L'alchimiste de Paulo Coelho, conte philosophique relatant de sages pensées. Il était donc temps pour moi de me mettre à le lire. En voici ma critique.


Résumé
L'histoire  est celle de Santiago, un jeune berger espagnol qui a l'habitude de voguer en solitaire avec son troupeau en Andalousie. Un jour, il rêve d'un trésor qui l'attend au pied des Pyramides d'Egypte. Et c'est une gitane qui l'incite à aller à sa découverte.

D'habitude satisfait par son quotidien, le berger se laisse tenter par l'aventure. Et c'est parti pour un périple, qui va le faire passer par Tanger et le désert du Sahara, où il va faire de nombreuses rencontres, dont un roi, une femme et un alchimiste. Grâce à eux, Santiago se rapproche du trésor qu'il cherchait, en essuyant toutes les barrières qui surgissent sur son chemin.


Mes passages préférés

#1
Quand tous les jours sont ainsi semblables les uns aux autres c'est que les gens ont cessé de s'apercevoir des bonnes choses qui se présentent dans leur vie.

#2
Tout ce qu'il comprenait en cet instant c'était qu'il se trouvait devant la femme de sa vie et sans la moindre nécessité de parole, elle aussi devait le savoir. Il en était plus sûr que de n'importe quoi au monde, même si ses parents et les parents de ses parents avaient toujours dit qu'il fallait d'abord faire sa cour et se fiancer, connaître l'autre et avoir de l'argent avant de se marier. Qui disait cela n'avait sans doute jamais connu le langage universel car lorsqu'on baigne dans ce langage, il est facile de comprendre qu'il y a toujours dans le monde une personne qui en attend une autre. Que ce soit en plein désert ou des grandes villes. Et quand ces deux personnes se rencontrent et que leurs regards se croisent, tout le passé et tout le futur sont désormais sans la moindre importance. Seul existe ce moment présent et cette incroyable certitude que toute chose sous la voûte du ciel a été écrite par la même main.

#3
Et le jeune homme resta un long moment assis à côté du puits, comprenant qu'un jour le levant a laissé sur son visage le parfum de cette femme et qu'il l'aimait avant même de savoir qu'elle existait et que l'amour qu'il avait pour elle lui ferait découvrir tous les secrets du monde.

#4
- Alors, pourquoi dois-je écouter mon cœur ? 
- Parce que tu n'arriveras jamais à le faire taire. Et même si tu feins de ne pas entendre ce qu'il te dit, il sera là, dans ta poitrine, et ne cessera de répéter ce qu'il pense de la vie du monde.
Personne ne peut fuir son cœur. C'est pourquoi il vaut mieux écouter ce qu'il dit. 

#5

Alors, nous nous regardons mutuellement et nous nous aimons ; je lui donne vie et chaleur, elle me donne une raison de vivre.


Mon avis

Ce livre est sous la forme d'un conte, et c'est tout d'abord cet aspect qui m'a plu et m'a rappelé mon enfance. Les thématiques philosophiques qui y sont abordées poussent à la réflexion : le destin (on ne peut fuir le destin), le dépassement de soi (il faut réaliser ses rêves quoiqu'il arrive), l'intuition (il faut suivre son instinct, écouter son cœur) et l'ouverture d'esprit (être toujours alerte quant aux éléments environnants). La conclusion du livre, que je ne dévoilerai pas ici, est pleine de sens. 

En revanche, même si les réflexions sont intéressantes, elles sont rébarbatives (on nous parle X fois de la "légende personnelle" et du "langage universel"), et ne vont pas assez en profondeur selon moi. Mais il semble qu'à l'époque (l'ouvrage a été publié en 1988), les idées de Paulo Coehlo étaient originales ; donc c'est peut-être le fait d'avoir lu d'autres ouvrages auparavant qui me donne cette vision.

Je vous conseille toutefois de le lire pour votre culture personnelle :) 

Si vous aimez les livres philosophiques et de développement personnel, je vous invite à lire ma critique de L'homme qui voulait être heureux de Laurent Gournelle.

CONVERSATION

0 petits mots:

Enregistrer un commentaire

Retour
en haut