J'ai vu : Nos étoiles contraires

Je viens de sortir de la salle de cinéma et il fallait absolument que je fasse un article sur le film que je viens de voir, qui m'a tant émue, et m'a fait tant pleuré (à peu près toute l'eau de mon corps) : Nos étoiles contraires.

Le synopsis
Nos étoiles contraires (2014) est l'adaptation cinématographique d'un roman de Josh Green, intitulé "The fault in Our Stars". Il raconte l'histoire d'Hazel Grace et Augustus, deux adolescents atteints du cancer. Ils se rencontrent dans un groupe de soutien, et se lient peu à peu. Ils partagent en effet le même humour cinglant et la même volonté de profiter de l'instant présent en toute légèreté. Hazel Grace ne veut tout d'abord pas trop s'attacher à Augustus, de peur de lui faire mal lorsque viendra son dernier jour. "Je suis une grenade", dit-elle, qui veut minimiser le mal qu'elle fera à son entourage après sa mort. Mais Augustus saura être convaincant.

Au-delà de la maladie, c'est également l'histoire de parents inquiets, de rêves à réaliser, de passion littéraire, de moments de tendresse, d'espoir, de rires, et d'amour.


Mon avis
Quand un film me fait pleurer, cela veut globalement dire qu'il s'agit d'un film réussi. Un film qui a réussi à toucher mes émotions, et à amplifier toutes mes sensations. 

Vous vous demandez quelle est l'origine du titre ? Il fait référence à la pièce shakespearienne faisant honneur à Jules César, où celui-ci dit : "La faute, cher Brutus, n'est pas dans nos étoiles, mais en nous-mêmes."

J'avais peur d'aller voir un film austère et triste, abordant de manière stigmatisée la grande thématique du cancer, le mal de notre époque. J'avais peur qu'il se centre sur la douleur, l'inquiétude, la fatalité et la dureté de la vie. Mais Nos étoiles contraires est tout sauf ça. Oui, les deux protagonistes principaux sont condamnés, mais cela n'est pas une fin en soi

Ce film parle de la mémoire, des souvenirs, de ce qu'il reste après la mort. De vivre l'instant présent intensément. De vivre sa peine, mais de choisir qui nous fait souffrir. De relativiser la fatalité en usant d'humour et de légèreté, parce qu'à quoi bon être sérieux et triste ? D'accepter la fin, tout en profitant du présent.

De la poésie, de la philosophie, des réflexions profondes et matures. Nos étoiles contraires ne nous fait pas ressentir de la pitié mais de la sincère compassion. Et ces larmes versées ne sont pas amères, elles ne sont pas que tristesse, elles sont aussi la compréhension d'accepter et de profiter du moment présent.

En somme : courrez vite au cinéma ! :)

Quelques répliques du film

Certains infinis sont plus vastes que d'autres.

Le chagrin ne vous change pas, il vous révèle.

Tu m'as offert une éternité dans un nombre de jours limités,
et j'en suis heureuse.

Quelques images du film



Et vous, qu'en avez-vous pensé ?

CONVERSATION

0 petits mots:

Enregistrer un commentaire

Retour
en haut