Lecture : La tectonique des plaques, de Margaux Motin

Je vous avais déjà parlé des BD J'aurais adoré être ethnologue et La théorie de la contorsion, de Margaux MotinEn mai dernier, Margaux a sorti La tectonique des plaques. Encore un titre et une couverture qui intriguent.

Résumé

Comme à son habitude, Margaux romance son quotidien. Jeune mère célibataire de 35 ans, elle a récemment été confrontée à des événements difficiles : cuites, dérapages, divorce... 
Elle retombe en adolescence, autant par le comportement que par le look et la manière de vivre. 
Et quand elle comprend qu'elle est amoureuse de son meilleur ami, elle ne le quitte plus. Elle décide rapidement de le rejoindre dans le Sud de la France. 

Mais des perturbations viennent noircir son ciel. Margaux se remet alors en question : et si elle avait pris trop vite sa décision ?

Mes passages préférés

Pacco : Ça va chaton ?
Pensées de Margaux : JE T'AIME PUTAIN JE T'AIME. Tu es l'homme de ma vie, je veux te faire des gosses et t'épouser dans une chapelle sur la plage avec une robe blanche un lâcher de tourterelles, du gospel, du ukulélé et des CHANSONS DE MARIAH CAREY !
Margaux : Super.
Légende : Dieu merci, sur la télécommande de ma vie, y a le bouton : "ferme bien ta gueule de connasse, connasse."

Margaux : HAAA CA BOUGE ! Je gargouille, c'est quoi ? J'ai envie de pleurer !
Maître Qi Gong : Oui oui, c'est continents intérieurs qui changent. Ca crée des failles.
Margaux : Comme si on modifiait ma cartographie intérieure ? Comme la tectonique des plaques ?
Maître Qi Gong :Exactement. Comme la tectonique des plaques.

Mon avis

J'adore Margaux, depuis plusieurs années déjà. Un style d'illustration très simple et frais, un humour décalé, une jeune femme pétillante et drôle. Cet ouvrage m'a ravie. Des dessins inédits, des anecdotes rigolotes, et l'aveu public d'être en couple avec Pacco (illustrateur talentueux que j'adore également). 
De l'émotion, des frissons, des pleurs et des rires. Margaux nous fait des confidences et nous émeut. 

CONVERSATION

0 petits mots:

Enregistrer un commentaire

Retour
en haut