Les BD culturelles de Guy Delisle : Pyongyang et Shenzhen

Dernièrement, j'ai pu lire deux bandes dessinées de Guy Delisle : Shenzhen et Pyongyang. L'auteur québécois y raconte ses voyages au début des années 2000, dans le cadre de son métier d'animateur de dessin animé, chargé de s'assurer de la continuité des mouvements et gestes. 

Ne parlant pas les langues locales, et ne connaissant personne sur place, Guy Delisle passe son temps libre à observer, faire des rencontres, et dessiner. 

Pyongyang
Pyongyang est la capitale de la Corée du Nord, cette dictature dont le Président est toujours le défunt Kim Il-Sung. Peu d'étrangers arrivent à passer les frontières de l'un des pays les plus fermés du monde ; ils sont d'ailleurs obligés de se promener avec des guides, et de respecter, bien entendu, les coutumes locales. 

Guy Delisle raconte les cérémonies de gloire à Kim Il-Sung et Kim Jong-Il, les photos des deux dirigeants sur tous les murs, une électricité économisée, des routes trop propres nettoyées par des coréens au balais, des discours anti-capitalistes, des guides menaçants, des coréens n'ayant pas l'autorisation de parler aux étrangers, des rations de nourriture fournies en fonction de l'importance sociétale de chaque citoyen, des enfants précoces et génies, etc. 

L'auteur est étonné de toutes ces coutumes, mais semble pourtant s'en détacher avec amusement, bravant parfois les interdits (en se promenant seul la nuit dans la ville, par exemple ou en amenant dans ses bagages le célèbre livre de G. Orwell 1984, et le donnant à lire à son guide). 




Mon avis : Une BD totalement passionnante et riche, qui confirme les diverses informations que nous possédons de la vie en Corée du Nord. Des rires et des surprises, parfois gaies ou tristes, qui en rend la lecture très facile. Je vous la conseille vivement.


Shenzhen
Shenzhen est une ville chinoise, située près de Hong Kong, qui a connu une croissance importante dès les années 80. Guy Delisle raconte donc les odeurs dérangeantes, la manie des chinois à occuper même le plus infime espace, les mendiants qui tapent leur tête contre le sol, les cabinets de dentiste glauques et apeurants, la traductrice diplomate, l'entêtement des serveurs dans les restaurants,  etc. 

Mon avis : Une BD agréable à lire, un récit plutôt drôle et intéressant socialement, même si évidemment il y a peu d'action. Le lecteur peut parfois être perdu car il n'y a pas de repère de temps (on ne sait pas quand on passe d'un moment à un autre, d'une journée à une autre). 


J'avais acheté ces ouvrages suite au visionnage de la chronique BD de Pénélope Bagieu sur le site de madmoizelle, alors, si ça peut aussi vous convaincre, la voici :)

CONVERSATION

0 petits mots:

Enregistrer un commentaire

Retour
en haut