Les quatre accords toltèques, de Don Miguel Ruiz

Compte tenu du succès de l'article sur le livre L'homme qui voulait être heureux, je continue dans ma lancée avec Les quatre accords toltèques, écrit par  Don Miguel Ruiz, qui lui-aussi m'a beaucoup plu.


Les quatre accords toltèques est à nouveau un livre de développement personnel, dans lequel Don Miguel nous dévoile les règles de vie à suivre pour ne plus se fixer de limites et ne plus se faire souffrir soi-même. 

Les toltèques font partie d'une civilisation mésoaméricaine, qui s'est éteinte il y a huit siècles. Ce terme signifie, en nahuatl, les "maîtres bâtisseurs". A priori, ces gens étaient des sages et des bons vivants, qui avaient quelques clés simples pour transformer sa vie. 

Comme il l'explique très bien, notre vie est régie par des règles et croyances qui nous ont été inculquées dès notre plus jeune âge. Il faut donc savoir s'en défaire. Ses quatre règles de vie ne sont pas faciles à suivre, mais, appliquées au quotidien, elles pourraient transformer notre vie en nous faisant nous sentir mieux avec nous-mêmes et les autres.

Voici donc ces quatre accords.


1. Que votre parole soit impeccable

La parole a un très grand effet sur le psychisme. C'est pourquoi il faut l'utiliser à bon escient, ne dire que ce que l'on pense, ne pas parler trop et parler avec intégrité, à la fois envers soi-même mais envers autrui. 
Il ne faut pas être médisant, et ne pas être dûr avec soi-même, en évitant les commérages et les expressions du style : " Je suis trop nul, je suis bête, je suis moche, je suis tellement moins bien que telle personne ", etc. Ces pensées polluent notre esprit. 

Selon Miguel Ruiz, ce sont des propos faussés par nos croyances envers autrui et envers nous-mêmes. Il faut donc valoriser nos points forts et ceux d'autrui.


2. Ne jamais en faire une affaire personnelle

Il n'est pas rare que nous soyons vexés par des propos que d'autres personnes disent à notre égard. Mais ce que ces derniers disent les concernent et sont le miroir de leur réalité ; ils sont responsables de leurs paroles et de leurs actes
Que vous soyez critiqués ou encensés, il ne faut jamais le prendre personnellement car c'est l'image que l'autre se fait de vous, et ce n'est pas vous-même. Il faut donc réussir à se détacher et à s'immuniser de ces paroles, qui peuvent nous nuire.


3. Ne jamais faire de suppositions

Nous projetons souvent nos croyances, nos habitudes, nos manières de faire aux autres personnes. " Il a dû faire ça parce que... " Nous créons des hypothèses auxquelles nous finissons par croire dur comme fer. Or, chacun est différent. Au lieu de faire des suppositions, il faut donc poser des questions et être à l'écoute.


4. Faites toujours de votre mieux

Don Miguel explique que, pour être heureux, et satisfait de soi-même, il faut toujours faire de son mieux. Il ne faut pas en faire plus, car on risquerait d'être fatigué et on se fixerait des objectifs inatteignables, ni en faire moins, car on aurait des regrets et on se sentirait frustrés. Il souligne également que notre "mieux" dépend de l'instant, et ne sera jamais le même, en fonction du contexte.


Petit bémol : Deux éléments m'ont moins plu dans cet ouvrage : certaines expressions sont parfois complexes à comprendre, et certains concepts sont répétés plusieurs fois, ce qui peut devenir un peu lassant à la lecture.

Si vous hésitez encore à lire cet ouvrage, n'hésitez pas à lire la très bonne critique de Psychologies.

CONVERSATION

0 petits mots:

Enregistrer un commentaire

Retour
en haut