Au revoir


Je n'ai jamais aimé dire au revoir. Avec le temps, on apprend que ce n'est qu'une simple formule et que, parfois, ce au revoir aurait dû être un adieu. Il suffit de peu pour se lier à quelqu'un. Un regard, un geste, un mot, une conversation, des moments forts partagés. Le au revoir sonne comme un ciseau qui casse ce fil. Alors, j'ai la gorge serrée, les larmes aux yeux. Je le murmure et souris. Comme si de rien n'était. Je n'aurais qu'une envie, c'est de pleurer, de prendre dans mes bras ces personnes qui, parfois, m'étaient inconnues il y a quelques heures, et de leur dire à quel point elles sont merveilleuses. C'est bête, mais je n'y arrive pas. Alors. Je souris. Et dans ma tête, pour me rassurer, au lieu de dire au revoir ou à bientôt, je fais résonner un à demain. Parce qu'il parait qu'il ne faut pas être triste qu'un instant soit fini, mais être content qu'il se soit produit. Carpe diem.


Photo : Miss T.

CONVERSATION

0 petits mots:

Enregistrer un commentaire

Retour
en haut