Le jour où on comprend ce que vaut la vie

On dit qu'avant de mourir, on voit sa vie défiler devant ses yeux. Pour moi, ce fut un instant au ralenti. Où étincelles de lumières et sons se mêlaient les uns aux autres, dans un silence assourdissant. Aucune peur ne me traversa. Les larmes jaillirent plus tard, quand le retour à la réalité s'opéra. Pourquoi ? Surement cette peur de perdre la possibilité de réaliser mes rêves, de dire à ceux que j'aime combien je les aime, d'avoir trouvé le grand amour.

Je n'ai pas péri ce soir-là. Ma vie, comme des montagnes russes, interminable suite de bas et de hauts furtifs, ne m'avait jamais parue autant fragile.


CONVERSATION

0 petits mots:

Enregistrer un commentaire

Retour
en haut